Désolé, vous devez activer Javascript pour visiter ce site.

Ministère des Infrastructures, des Transports Terrestres et du Désenclavement

«La suppression de la rupture de charge au niveau des gares routières frontalières, va améliorer les conditions de circulation des personnes et des biens entre la Gambie et le Sénégal, mais elle  aura des impacts sur le nombre de clients qui viendront dans les gares routières. Je vous demande de mettre en avant l’intérêt général et non votre intérêt personnel». C’est en résumé le discours tenu par Me El Hadji Omar Youm, ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement lors de sa tournée au niveau des gares routières de Karang et de Kaolack. En effet, dans le cadre de la mise en application de l’accord de transport et de transit inter routier entre la Gambie et le Sénégal, le Ministre Youm, accompagné par le Directeur des transports routiers, Cheikh Oumar Gaye, et le Directeur des routes Mamadou Alassane Camara, s’est rendu le samedi 7 mars 2020, à la gare routière de Karang, et à celles de Nioro et de Dakar situées à Kaolack, pour échanger avec les chauffeurs et transporteurs.

Lors des différentes rencontres, les acteurs du transport ont exprimé leurs craintes quant à la survie de leurs gares routières avec la suppression de la rupture de charge qui sera opérée avec l’application de cet accord déjà signé par le Sénégal. En effet, désormais les personnes qui souhaitent se rendre en Gambie ne seront plus obligées de descendre à Karang pour reprendre un autre véhicule pour les acheminer en Gambie. Ce sera pareil pour les personnes en provenance de la Gambie qui souhaitent se rendre à Dakar ou à Ziguinchor.

Conscient des impacts de cet accord sur ces gares routières, le ministre a proposé des mesures d’accompagnement à ces gares routières et communes impactées, notamment à travers des fonds de concours spéciaux, la transformation d’une partie de ces gares routières en centre commercial ou centre artisanal, hôtel, air de services, station d’essence etc. Il a rappelé les efforts faits par la Gambie dans le cadre de l’amélioration de la circulation des personnes et des biens entre les deux Etats avec l’acceptation de la construction du pont de Farafégné, avant d’appeler les acteurs à  mettre en avant l’intérêt général au détriment des intérêts personnels. D’autres rencontres plus restreintes sont prévues avec ces mêmes acteurs, mais aussi avec d’autres gares routières.